Nous sommes en Thaïlande. Moi, Alexandra, 30 ans et quelques dizaines de mois 😉, je suis en Thaïlande. Je l’écris ici pour que cela devienne encore un peu plus réel pour moi.

Et dire que la première fois que j’ai pris l’avion j’avais plus de 20 ans. (Rien à voir, nous sommes en camping-car, bref !)

Je suis excitée comme une môme devant un Kinder Surprise.
Tout le monde, ou presque, adore le chocolat Kinder. Pour ma comparaison, le chocolat s’apparente au fait de voyager tout simplement. C’est bon et on en veut encore et toujours. Et puis vient le moment d’ouvrir la boite, cette boule jaune. Est-ce que ce sera un jouet à construire ou la figurine phare de la collection du moment ? Y’aura-t-il des autocollants ? Tout ça c’est la découverte même du pays. Est-ce que les locaux seront souriants et gentils, est ce que les paysages seront époustouflants, va-t-on bien manger, la vie est-elle chère ? C’est ce que je préfère ! Découvrir un nouveau pays. On repart à zéro, les quelques mots appris de la précédente langue seront difficiles à oublier les premiers temps puis viendront naturellement dans nos bouches. Nos premiers contacts sont importants, ils donnent un peu la note pour le reste du voyage. Alors, on est tout ouïe, sensibles au moindre geste, on reste attentifs et ouverts.

On est curieux de tout. J’aime ce sentiment qui peut être à la fois excitant et déroutant.

On le sait bien, plus tard, on ne pourra pas répondre à la question « Quel est votre pays préféré ? », nos découvertes se font sur 1000 points. La rencontre avec l’autre (les grands comme les petits), les paysages, les monuments, les visites culturelles, les activités sportives, la nourriture (oui, oui, ça compte), la circulation (en camping-car, on y est sensibles), l’état des routes (ou des pistes…), les bivouacs, les animaux (les chiens suicidaires, grrr !), le bruit et l’odeur (Petite pensée pour Chirac 😉)…

J’en suis sûre, je garderai de chacun de mes pays (oui, les miens, je les ai choisis) une affection particulière. Je serai fière d’y avoir emmené mes enfants, de leur avoir montrer que le monde leur est ouvert, qu’il est beau et immensément généreux.

Nous avons fait le choix de monter au nord de la Thaïlande, à Chiang Mai, pour assister au Loy Krathong et Yi Peng festival, le célèbre lâcher de lanternes.

Il y a beaucoup de monde, beaucoup de touristes. Et malgré tout cet amas de chair humaine, les thaïlandais sont là, souriants et patients. Accueillants. Cette fête, c’est la leur. Elle a lieu lors de la pleine lune, ici, en l’honneur de Bouddha. C’est aussi l’occasion d’y laisser toute sa colère, sa rancune, ses plus gros défauts alors ils créent des petites embarcations faites sur un tronc de bananier et décorées de fleurs, de bougies et d’encens. On les verra les déposer sur l’eau éclairant la déesse des eaux Phra Mae Khongkha.

Nous avons les mêmes yeux que nos enfants, nous sommes ébahis. On continue à gober le monde sous la pleine lumière de la lune. Nous, on fête notre famille et encore cette énorme décision que nous ne regrettons jamais un instant.

Nous voilà couchés, les pieds douloureux et la tête encore à la fête. Mais, dehors, il y a encore tellement de cœurs qui battent, les pétards plus bruyants et ces lanternes plus nombreuses encore. Personne ne dort. Alors on se relève et on court. On court rattraper la vie.

Elle ne repassera pas.

Partagez cet article :

4 commentaires sur “Le bruit et l’odeur

  1. Nous vous avons croisé cet après-midi.
    Un vieux camping cariste en vacances à Chiang Mai pour Loy Krathong
    A noter, une escale à Bang Saphan, au Coral Hôtel, village surnommé « la petite France de Thaïlande’ un stop connu des campings caristes
    Bon voyage
    Gerald

  2. Magique,magnifique, mon rêve de voir cette fête des lumières….continuez de nous faire rêver ! On attend avec impatience chaque récit….on dévore vos mots, vos histoires, vos aventures….et vos photos toutes aussi magnifiques et pleines d émotions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *